Les stéréotypes, encore et toujours

Les stéréotypes n’ont jamais été aussi nombreux, divers et puissants qu’à l’ère des réseaux socio-numériques et de la domination d’une rationalité technique. Ils continuent de circuler et d’irriguer des discours, des pratiques, des imaginaires, des émotions et des savoirs. Pourquoi en parler à l’heure de la « post-vérité » où tout intérêt pour les idéologies semble avoir été écarté ? Comment les aborder dans une approche contemporaine de la construction des représentations sociales ? Le dernier numéro de la revue Hermès, consacré aux « Stéréotypes, encore et toujours » propose d’y réfléchir dans une perspective transdisciplinaire et internationale.

 

C’est Walter Lippmann, comme le rappellent Bernard Valade et Michaël Oustinoff, qui, en 1922, introduit le substantif  stéréotype, pour désigner les « pictures in our heads », images figées dans nos têtes, qui médiatisent et réifient notre rapport au réel. Lippmann porte un regard critique sur ces représentations qui agissent par simplification, homogénéisation, généralisation et catégorisation, et construisent une représentation partagée et rassurante du monde. Obstacle à la connaissance, générateur de préjugés discriminants, le stéréotype est profondément bivalent, et peut être vu comme un outil cognitif d’appréhension du monde ; car il est aussi un moyen de connaissance (de soi et de l’Autre) et de reconnaissance par le partage d’un sens commun, dans les processus d’apprentissage et d’acculturation. Les enfants apprennent à écrire en s’appropriant des stéréotypes langagiers qui leur permettent d’entrer en communication. Toutes les formes d’expression artistique s’appuient sur ces cristallisations de la mémoire collective qui nous font comprendre sans y penser, avant de pouvoir interpréter et penser, comme le rappelle Joëlle Zask à propos de l’art contemporain.


S’appuyer sur les stéréotypes est aussi parfois un moyen d’entrer en résistance pour ces amateurs de poupées sexuelles au Japon dont Agnès Giard nous rappelle qu’ils détournent les normes sociales en mobilisant les stéréotypes de la femme soumise. Rien n’est simple dans le monde des stéréotypes de genre dont on pensait avoir tout dit, encore moins lorsqu’il croise celui des sciences sociales dont le souci d’objectivité, pointé par Hervé Glévarec, se heurte à des choix épistémologiques et conceptuels qui n’échappent pas aux stéréotypes.


En considérant l’activité symbolique, les représentations sociales et les stéréotypes comme des phénomènes sociaux de communication, la revue Hermès, au fil des années, a ouvert avec Dominique Wolton le champ des analyses sur la diversité de leurs formes sociales et culturelles, de leurs modalités et de leurs effets. Elle le fait en les situant dans une perspective anthropologique qui prend en compte les pratiques, les rituels, les interactions, les règles de présentation de soi et de représentation de l’Autre, ce qui est lié à la sociabilité, aux stratégies politiques et aux luttes sociales, en s’attachant à l’analyse des phénomènes de réception, d’appropriation et de rejet.


La muséographie y a toute sa place, et l’article de Vincent Lambert et Paul Rasse comme celui de Pascal Blanchard, à propos des héritages coloniaux, soulignent le rôle fondamental des musées dans la déconstruction des stéréotypes qu’ils ont jadis portés, créant des espaces de domination et d’exclusion qui sont remis en question dans ces lieux de culture. Dans l’espace public, les territoires restent pourtant marqués par des représentations simplistes basées sur le rejet, comme le montrent Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé pour les habitants des banlieues et Roberto Chiachiri et Cilene Victor pour les immigrés vénézuéliens stigmatisés dans le populisme de droite triomphant au Brésil.

 

De nombreux chercheurs de tous horizons participent à ce chantier toujours en construction pour apporter des éléments d’analyse complémentaires entre penseurs et acteurs appelés à s’intéresser ou à faire face aux stéréotypes contemporains. Hermès relance le chantier qui exige des efforts sans cesse renouvelés de déconstruction.

 

Sommaire

 

  • Introduction, Anne Lehmans et Vincent Liquète
  • Quatre stéréotypes dominants dans le champ de l’information et de la communication, Dominique Wolton

 

Partie I. Stéréotypes et représentations sociales : retour sur un concept

  • Stéréotype et compagnie : versions, variantes et variations, Bernard Valade
  • Les avatars du stéréotype depuis Walter Lippmann, Michaël Oustinoff
  • Stéréotypie, objectivité sociale et subjectivité. La sociologie face au tournant identitaire : l’exemple du genre, Hervé Glevarec
  • L’expérience comme lieu commun de l’exception, Jean-Jacques Boutaud
  • La place du stéréotype dans la pensée sociale et les médias, Henri Boyer
  • Art et stéréotypes, Joëlle Zask 
  • Apprendre à écrire avec les stéréotypes à l’école, Brigitte Marin 

 

 Partie II. Construction et circulation des stéréotypes

  • Les musées, fabrique et déconstruction des stéréotypes, Vincent Lambert et Paul Rasse
  • Stéréotypes et héritages coloniaux : enjeux historiques, muséographiques et politiques, Pascal Blanchard
  • « Vous êtes le roi du monde ! » Les employés de bureau et l’évolution de leur image au Japon, Shinji Iida
  • Stéréotypes et littérature de jeunesse, Christiane Connan-Pintado
  • Le stéréotype dans la bande dessinée franco-belge : jeux et plasticité narrative, Pascal Robert
  • Le cinéma, petite fabrique de stéréotypes, Thierry Paquot
  • Les stéréotypes générationnels : fondements, limites et dangers, Gilles Rouet
  • Stéréotype, art et publicité, Thierry Consigny
  • Aux bonheurs du kitsch, Brigitte Munier
  • Formation des stéréotypes du Juif, Jean Caune
  • Le théâtre de Jean-Claude Grumberg : en finir avec le stéréotype, Jean Caune
  • Les micro-agressions linguistiques, Elatiana Razafi et Fabrice Wacalie
  • Stéréotypes et discriminations dans le recrutement, Jean-François Amadieu et Alexandra Roy
  • Des stéréotypes tenaces sur les banlieues et les zones périurbaines, Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé

 

 Partie III. Stéréotypes contemporains

  • Déchiffrer les stéréotypes de genre aux guichets de l’asile, Agathe Menetrier
  • Rhétorique de la résilience et stéréotypie du pastoralisme sahélien : des discours onusiens aux contenus journalistiques, Étienne Damome et Nadège Soubiale
  • L’Europe des stéréotypes, Christian Lequesne
  •  Le stéréotype de la femme-objet au Japon. Jouer à la poupée, jouer au mâle raté, Agnès Giard
  • Stéréotypes et algorithmes, entre croyances et certitudes, Franck Renucci
  • George Soros : l’énigme des stéréotypes, Peter Brown
  • Les stéréotypes mis à mal sur la Toile, Marinette Jeannerod
  • La représentation de l’immigré vénézuélien et le populisme de droite au Brésil, Roberto Chiachiri et Cilene Victor
  • Les stéréotypes, « avatars » indispensables dans la presse satirique, Joseph Richard Moukarzel
  • « Faire évoluer les mentalités dans le sport », Paoline Ekambi
  • Pratiques culturelles des jeunes et stéréotypes, Sylvie Octobre