Memoire Combattantes

Bibliographie

Jérôme Leygat, Campagne de France : 1944-1945. La libération par l’armée d’Afrique. Editions ETAI, collection « Histoire militaire », 2013.

Les rudes combats de Tunisie de 1942 à 1943 ont été une résurrection pour l’armée française d’Afrique. L’armée d’Afrique joue encore un rôle de premier plan dans la campagne d’Italie et l’amalgame tant souhaité par son chef brillant, le général Juin, se réalise lors de maints combats, tous victorieux, contre un ennemi commun. Ses cent vingt mille goumiers, spahis et tirailleurs, principalement marocains, algériens, tunisiens et sénégalais, se battent aux côtés des Français réconciliés. Mais le même jour, le débarquement anglo-saxon en Normandie relègue soudain au second plan ce théâtre d’opérations italien. Un mois plus tard, rassemblés sur les cargos et paquebots d’une armada franco-américaine voguant en direction du continent, ces “Africains”, sous le nouveau commandement du général de Lattre de Tassigny, constituent une véritable armée moderne. Ils débarquent dès le 15 août dans le Sud de la France et vont découvrir, pour la plupart, cette métropole mythique et inconnue.

Chronique de l’histoire, Les personnalités du XXe siècle : Leclerc, Editions des musées de la ville de Paris,2012

L’histoire de Leclerc, promu par de Gaulle au grade de colonel, puis de général, est celle d’une chevauchée fantastique : en Libye d’abord contre les Italiens, puis en Tunisie contre les Allemands. Avec des moyens de fortune, le jeune général révèle alors un génie tactique digne du Bonaparte des campagnes d’Italie, compensant sa faiblesse matérielle par la mobilité et la rapidité, créant sans cesse la surprise chez l’adversaire.

Arnaut Robert, Valode Philippe, Les dossiers oubliés de la Seconde Guerre mondiale, Éditions First Histoire, 2012.

Les auteurs se sont intéressés aux personnages et aux événements oubliés ou méconnues qui ont échappé à la grande Histoire. Ainsi, vous découvririez notamment le destin incroyable des autres sœurs Mitford. Héros ou non, tous ces acteurs de l’Histoire méritaient de passer de l’ombre à la lumière, pour faire revivre ces pages délaissées qui nous livrent le destin extraordinaire d’individus pris dans la tourmente de la guerre.

Albertelli Sébastien, Les services secrets de la France libre, Nouveau Monde Éditions, 2012

Grace à des archives exceptionnelles, cet ouvrage retrace l’aventure de personnages hors du commun qui ont marqué de leur empreinte l’histoire des services secrets de la France libre. Il nous entraine au cœur de ces services et met en lumière leurs relations avec le Général, mais aussi leurs rapports souvent tumultueux avec leurs partenaires britanniques et américains

Dutrone Christoph, Feu sur Paris ! L’histoire vraie de la grosse Bertha, Éditions Pierre de Taillac, 2012

L’histoire vraie de la « Grosse Bertha », ce canon géant qui bombarda Paris en 1918, est riche en surprises. Le mythique surnom populaire donné par les Parisiens à l’arme qui les frappa lors des offensives Ludendorff dissimule en réalité, sous cette dénomination générique, plusieurs tubes employés simultanément contre le capitale : les « Paris Kanonen ». En dépit des espoirs allemands, le moral des Parisiens résista au danger. Pierre de Taillac est agrémenté d’une iconographie d’époque abondante et de belle qualité.

Deroo Eric, Le Régiment de marche du Tchad, des sables de Koufra aux plaines du Liban, Editions Pierre de Taillac, 2012

De Koufra à l’Afghanistan, de la libération de Paris au Kosovo, le régiment de marche du Tchad s’est illustré dans le monde entier. Fondée sur le continent africain alors que la France venait de subir la plus sévère défaite de son histoire, cette unité, héritière d’un des plus importants régiments de tirailleurs sénégalais, a symbolisé l’esprit de résistance de la France libre. Partis des confins du Tchad, ces hommes commandés par le général Leclerc ont participé à tous les combats visant à délivrer le pays, de la bataille de Normandie à la libération de Strasbourg. Ils poursuivront même l’ennemi jusque dans ses derniers retranchements. Grâce à plus de 350 documents rares et à des témoignages inédits, cet album fait revivre l’épopée exceptionnelle de ce prestigieux régiment des troupes de marine.

Li Ma, Les travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale, CNRS, 2012

Cent quarante mille Chinois ont travaillé en France pendant la Première Guerre mondiale. Cette histoire est restée longtemps méconnue du public. Que faisaient-ils dans cette « guerre européenne » ? Comment ont-ils été recrutés et transportés ? Où se trouvaient-ils, et pour quoi faire ? Que sont-ils devenus ? Quel est héritage de cette expérience ? L’ensemble de ces questions, par leurs multiples ramifications, touche non seulement à l’histoire de la Grande Guerre, mais aussi à l’histoire de la Chine. Cet épisode s’inscrit dans une période décisive de l’histoire mondiale : la Conférence de paix de Paris a déclenché le « Mouvement du 4 mai » (1919), soulèvement patriotique, considéré comme l’acte de naissance de la modernité chinoise.

André-Paul Comor, La bataille de Camerone. Editions Taillandier, collection « L’Histoire en Batailles », 2012.

Janvier 1862, Napoléon III décide de l’envoi d’un corps expéditionnaire au Mexique et déclenche une guerre qui durera jusqu’en 1867. Mais, face à la résistance farouche et inattendue des Mexicains, l’aventure tourne au désastre. Le jeudi 30 avril 1863, vers 18 heures s’achève à Camerone le combat sans espoir qui oppose une soixantaine de légionnaires de la 3e compagnie du Régiment étranger à des milliers de cavaliers et de fantassins mexicains. Les 60 hommes du capitaine Danjou ont tenu jusqu’au bout leur serment : pendant 11 heures, ils ont résisté à 2 000 ennemis, en ont tué 300 et blessé autant. Ce glorieux fait d’armes est une victoire morale des soldats qui résistèrent jusqu’à l’épuisement à un adversaire supérieur en nombre. La légende de Camerone est en marche.

Jean Marc, Les dix frères Ruellan, héros et martyrs 1914-1918, Éditions Cristel,2011

La famille Ruellan a eu dix enfants, dix frères engagés dans le conflit. Avec six d’entre eux morts aux combats et un autre décédé des suites il s’agit de la famille française la plus éprouvée. Mettant leur amour de la patrie toujours au premier rang de leurs préoccupations aucun n’a accepté de faire jouer les quelques « privilèges » accordés aux familles déjà éprouvées par des morts ou dont les pères étaient chargés de famille ce qui était le cas pour plusieurs des frères Ruellan

Jérôme Leygat, Campagne de Tunisie: 1942-1943. Une épopée oubliée de l’armée d’Afrique. Editions ETAI, collection « Histoire militaire », 2011.

Le dimanche 8 novembre 1942, une armada anglo-américaine se présente devant les plages et les ports de l’Afrique française du Nord situés à l’ouest du méridien d’Alger. L’armée d’Afrique va combattre cette « invasion » pendant trois longs jours, déchirée entre les ordres et contre-ordres de ses officiers généraux vichystes ou « dissidents ». Le 9 novembre, les armées allemandes et italiennes de l’Axe débarquent en Tunisie et commencent à investir en force ses principaux ports et aérodromes. Le 11 novembre au matin, l’armée d’Afrique cesse ces combats absurdes et se range enfin tout entière au côté des Alliés. Le 19 novembre, l’armée d’Afrique reprend le combat contre l’Allemagne hitlérienne et l’Italie mussolinienne. La campagne de Tunisie commence.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity