Expositions

Soldats et travailleurs (entre-deux guerres)

Les marches militaires de l’Est représentent une zone stratégique essentielle. Aussi, au lendemain de la Grande Guerre et durant entre-deux-guerres, sont stationnées régulièrement des troupes d’Infanterie, de cavalerie et d’artillerie, en provenance d’Algérie, de Madagascar et d’Indochine, que l’on retrouve à Sarrebourg, Strasbourg, Épinal, Saint-Dié ou encore Morhange. De même, des soldats issus des outre-mers sont stationnés de l’autre coté du Rhin en Allemagne. La cohabitation avec les Français (et les Allemands) ne va pas toujours de soi, et la presse témoigne des relations parfois tendues, tout en utilisant, lors de chaque fait divers impliquant des coloniaux, les stéréotypes qui désormais leur collent à la peau.

Parallèlement, le nouvel essor des bassins miniers et industriels du nord et de l’est de la France, encourage l’arrivée des plusieurs milliers de travailleurs nord-africains, surtout kabyles, qui constituent une main d’œuvre bon marché et peu revendicative. Malgré un fort turn-over de cette main d’œuvre, les premières communautés de travailleurs immigrés se stabilisent autours des grandes cités industrielles. La crise des années 30 touche de plein fouet ces travailleurs très peu protégés, dont nombreux sont contraints à l’errance ou au retour.

 


Photos
1

Design : www.graphipro.com | Développement : equity