Livres

Le retour des années 30

  • Auteurs : Pascal Blanchard, Renaud Dély, Claude Askolovitch et Yvan Gastaut
  • Editeur/partenaire : Flammarion
  • Date : 2014
<i>Le retour des années 30</i>

Comment tout cela va-t-il finir ? Les haines et les peurs de notre temps ont un parfum de redite, celui des années 30, cette décennie tragique qui mena le monde à l’abîme. Économique, sociale, identitaire ou politique, les crises s’additionnent depuis le krach de 2008, comme au temps de la Grande Dépression de 1929. Mais qu’en est-il au fond ? Le reniement « social-libéral » de François Hollande vaut-il vraiment la « pause » de Léon Blum ? Poutine phagocytant l’Ukraine rejoue-t-il Hitler avalant les Sudètes ? L’antisémitisme de la génération Soral-Dieudonné illustre-t-il la résurgence des haines d’un Céline ? Le danger Le Pen fait-il écho au péril nationaliste d’hier ? Telles sont quelques-unes des questions de cet ouvrage, fruit de la rencontre entre deux historiens et deux journalistes, qui se livrent à un incessant aller-retour entre passé et présent. L’Histoire n’est pas un éternel recommencement, mais ces années 30, si proches et si lointaines, si terribles et pourtant fondatrices, éclairent bien étrangement les crises du temps présent…

Liens externes :

 

www.editions.flammarion.com

www.blogdelavareuse.fr

La Main rouge

<i>La Main rouge</i>

La Main rouge va, à partir du milieu des années 1950, perpétrer de nombreux crimes contre le FLN et ses sanctions. La bande dessinée raconte le drame de Martin Dequinquert, le 11 septembre 2001, lorsqu’un avion percute une tour du World Trade Center dans lequel se trouve sa femme, Sarah. Rattrapé par son histoire familiale, 50 ans après les faits, Martin quitte New York pour la France. Il veut savoir pourquoi ses parents et sa sœur sont morts, victimes d’un attentat. Il mène l’enquête. Il repart sur la trace de La Main rouge. Auteur d’un premier roman « Meurtres pour mémoire » dans lequel il révéla, déjà en 1984, la répression coloniale contre la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, Didier Daeninckx avait cosigné avec le dessinateur Mako (Lionel Mokowski), en 2011, « Octobre Noir », aux mêmes éditions. C’est après le succès de ce dernier ouvrage qu’il a proposé à son éditeur une histoire basée sur un aspect qu’il juge largement méconnu de la guerre d’Algérie et sur la Main Rouge, avec une postface de Pascal Blanchard.

Téléchargements :

Appel pour une République multiculturelle et postraciale, suivi de 100 propositions pluri-citoyennes

<i>Appel pour une République multiculturelle et postraciale, suivi de 100 propositions pluri-citoyennes </i>

Prolongeant le tableau dressé en 2005 dans La Fracture coloniale (également paru à La Découverte), les auteurs de ce livre apportent un éclairage original sur les courants encore mal connus en France des postcolonial et subaltern studies. Ils tentent de comprendre pourquoi ces courants engagent tant d’oppositions et de fantasmes et examinent la société française à l’épreuve des perspectives postcoloniales. Avec des contributions de spécialistes de tous horizons, internationalement reconnus (Rokhaya Diallo, Najat Azmy, Clémentine Autain, Nicolas Bancel, Esther Benbassa, Gilles Boëtsch, Pascal Boniface, Disiz, Alain Gavand, Valérie Pécresse, Françoise Vergès, Paul Vergès, Dominique Versini, Christiane Taubira, Michel Wieviorka, Rama Yade), cet ouvrage constitue, à la fois, une somme et une ouverture. Il analyse les mille facettes des effets contemporains de la période coloniale et incite à repenser la mondialisation, ainsi que la place des diasporas. Il s’attache à une critique des discriminations et des frontières politiques, interroge les enjeux culturels et les relations intercommunautaires, explique les conflits de mémoire, questionne les crises urbaines et explore les mouvements mobilisant les territoires d’outre-mers.

Liens externes :

Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française.

  • Auteurs : Nicolas Bancel, Florence Bernault, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Achille Mbembe, Françoise Vergès (dirs)
  • Editeur/partenaire : La Découverte,
  • Date : 2010
  • Lire : http://online.fliphtml5.com/tmem/bpuq/
<i>Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française. </i>

Prolongeant le tableau dressé en 2005 dans La Fracture coloniale (également paru à La Découverte), les auteurs de ce livre apportent un éclairage original sur les courants encore mal connus en France des postcolonial et subaltern studies. Ils tentent de comprendre pourquoi ces courants engagent tant d’oppositions et de fantasmes et examinent la société française à l’épreuve des perspectives postcoloniales. Avec des contributions de spécialistes de tous horizons, internationalement reconnus, cet ouvrage constitue, à la fois, une somme et une ouverture. Il analyse les mille facettes des effets contemporains de la période coloniale et incite à repenser la mondialisation, ainsi que la place des diasporas. Il s’attache à une critique des discriminations et des frontières politiques, interroge les enjeux culturels et les relations intercommunautaires, explique les conflits de mémoire, questionne les crises urbaines et explore les mouvements mobilisant les territoires d’outre-mers. Après La Fracture coloniale, La République coloniale et Culture coloniale en France, un livre événement sur la France contemporaine

Liens externes :
Téléchargements :
Design : www.graphipro.com | Développement : equity