Expositions

Explorations & Expansion (1860-1930)

« En Cochinchine [il faut] que nous y portions notre civilisation, notre religion, et l’influence de notre race. »

Marquis de Chasseloup-Laubat, ministre de la Marine (1861-1867)

Tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle, la France, aux côtés des grandes puissances occidentales, lance une nouvelle vague d’explorations à travers le monde. En pleine Révolution industrielle, on cherche des matières premières et des débouchés pour les produits métropolitains et les grands États européens se livrent à une concurrence effrénée pour la conquête de territoires. Sous le Second Empire, une vision nouvelle du « lien colonial » s’impose, déjà développée sous la IIe République, notamment par Alexis de Tocqueville. La France cherche à développer son influence sur tous les continents ; c’est ainsi que se met en place un « lobby colonial » composé d’armateurs, de politiciens, de banquiers, de publicistes ou de compagnies commerciales. Il est légitimé et relayé politiquement, sous la IIIe République, par la création d’un sous-secrétariat aux Colonies (1881).

Au croisement de l’action de ce lobby colonial et du ministère s’organise la propagande autour du principe de « mission civilisatrice » et de la nécessité d’étendre le domaine colonial de la France, source de grandeur et de puissance. Pour ce faire, les campagnes, telles que la prise de Saigon, les expéditions à Madagascar ou contre le roi Béhanzin et les Amazones du Dahomey, sont largement relayées dans la presse et le monde du spectacle. Suite aux tensions créées par les poussées expansionnistes des puissances européennes en Afrique, la conférence de Berlin (1884-1885) fixe les règles du partage du continent. Dans le prolongement de ce « partage du monde », la France crée en Afrique, aux côtés de Madagascar et des îles de l’océan Indien, en 1895, l’Afrique-Occidentale française (A-OF) et, en 1910, l’Afrique-Équatoriale française (A-ÉF). Le protectorat français est déclaré en Tunisie en 1881et au Maroc en 1912, après que l’Algérie soit devenue département français en 1848. Dans le même temps, en Asie du Sud-Est, l’Indochine française est créée par l’administration coloniale centralisant l’administration de territoires conquis entre 1862 et 1899 : la Cochinchine, le Tonkin, l’Annam, le Laos et le Cambodge. La France possède, en 1930, le second empire colonial après celui des Britanniques, avec plus de soixante millions d’habitants et douze millions de km². L’entreprise coloniale est devenue un phénomène mondialisé qui organise les échanges économiques et structure les flux de migrants européens à travers le monde : plus de soixante-dix millions d’émigrants quittent le vieux continent entre 1860 et 1930 avec, pour principale destination, l’Amérique du Nord.


Photos
1

Design : www.graphipro.com | Développement : equity