L’Esplanade, la revue de Chaillot – Numéro 4

Au rythme de deux éditions annuelles L’Esplanade, la revue de Chaillot, a pour ambition de faire résonner l’Histoire et l’actualité du Théâtre national de la Danse à travers des thématiques croisées. Conçue dans un esprit humaniste et transversal à partir de 2017 sous la direction de Didier Deschamps (directeur de Chaillot) et par Pascal Blanchard (Les bâtisseurs de mémoire), la direction de sa rédaction a été confiée à Farid Abdelouahab, auteur d’une trentaine de livres d’histoire et d’esthétique, dont notamment Les Années 30. Et si l'histoire recommençait ? (La Martinière, 2017) qu’il a co-écrit avec Pascal Blanchard, et Pacifistes : Les combattants de la paix au XXe siècle (La Martinière, 2013).

 

Ni un livre, ni un magazine, L’Esplanade, la revue de Chaillot – Théâtre national de Chaillot est un objet rare, un objet d’art. Cette revue est conçue avec de magnifiques photographies en noir et blanc et un contenu éditorial fort : portraits de personnalités artistiques, historiques et contemporaines, évocations de spectacles ou d’évènements qui constituent notre mémoire collective, focus sur les chorégraphes les plus marquants de notre époque et les esthétiques qu’ils inventent, histoire du Palais de Chaillot et des combats menés sur place. Pour ce numéro 4 nous avons choisi d’aborder le thème de la danse contemporaine africaine.

 

Cinquante-quatre pays composent le continent africain. Depuis l’Afrique du Sud jusqu’aux pays du Maghreb, la diversité de la création contemporaine y est remarquable et en constante évolution. Cette vitalité s’exprime notamment par la grande capacité des artistes à penser par-delà les frontières et par le croisement fécond des différents champs disciplinaires. Ainsi, dans le domaine de la danse, les artistes font partie intégrante des diasporas ou multiplient les allers-retours entre continents et nations, nonobstant les barrières et difficultés politiques et administratives de toutes sortes. En écho à la Saison Africa2020, lancée par l’Institut français, Chaillot – Théâtre national de la Danse avait prévu avant la crise sanitaire mondiale de présenter cinq spectacles dont trois ont pu être reportés à travers deux séquences. La première, en mai et juin 2021, fera dialoguer la danse avec la littérature, la musique et le théâtre en réunissant de très grandes figures. La seconde, à l’automne 2021, mettra l’accent sur la création et la jeunesse.

 

Comment, à l’occasion d’une telle saison, rendre compte de démarches et sensibilités aussi multiples ? Certaines voix prétendent qu’il faudrait être né et vivre dans un pays pour être « en légitimité d’expression » et, par extension, qu’il faut être de couleur noire pour parler des Noirs, femme pour s’exprimer sur la condition féminine… Il s’agirait donc dans le cas présent de « décoloniser » les arts. Si à l’évidence les périodes coloniale et postcoloniale ont construit et imposé des systèmes de pensées qui doivent être résolument rejetés, de nouveaux cloisonnements ne peuvent favoriser l’émancipation légitime, ni surtout ouvrir à des chemins inédits.

 

Ce nouveau numéro de L’Esplanade réunit donc une partie forcément limitée et incomplète de personnalités qui témoignent de leurs réflexions, de leurs démarches et parfois de leurs combats.

 

Revue à paraître au mois de juillet : toutes les infos sur https://www.theatre-chaillot.fr/fr/lesplanade 

 

 

 

Retrouvez le sommaire de ce nouveau numéro :

 

 

 

LA RENCONTRE

 

• Africa2020 et la danse

 

• Interview de Jay Pather, par Farid Abdelouahab

 

 

 

CHRONIQUE DE CHAILLOT

 

• Féral Benga, un « danseur noir » hors-norme, par Pascal Blanchard

 

• Interview de Athi-Patra Ruga

 

 

 

 

LES CHORÉGRAPHES

 

• Germaine Acogny, par Rosita Boisseau

 

• Salia Sanou, par Farid Abdelouahab

 

• Interview de Seydou Boro

 

• Serge Aimé Coulibaly, par Marie-Christine Vernay

 

 

 

REGARD SUR :

 

• Le corps noir dans la danse occidentale, par Agnès Izrine

 

 

 

L’ACTUALITÉ

 

• Diaspora et création, par Isabelle Calabre