Memoire Combattantes

FILMS

Jane Birkin racontée par Olivia Ruiz

Jane Birkin est née le 14 décembre 1946. Elle a grandi en Angleterre avec ses parents, Judy Campbell, actrice, et David Birkin, commandant dans la Royal Navy, son frère aîné et sa sœur cadette. C’est d’abord avec le cinéma qu’elle fait ses premières armes. Elle apparaît dans The Knack… and How to Get It de Richard Lester en 1964, film portant sur la mode du swing in London. Mais c’est avec Blow Up de Michelangelo Antonioni, en 1966, qui obtiendra la Palme d’or au festival de Cannes, qu’elle est réellement remarquée.

Elle quitte alors l’Angleterre pour la France. Là, elle rencontre le monde artistique parisien et débute comme mannequin. Elle est alors icônisée par l’objectif du photographe de mode Jeanloup Sieff. Jane Birkin continue sa carrière d’actrice et c’est au cours du tournage de Slogan de Pierre Grimblat qu’elle rencontre Serge Gainsbourg, en 1969. Outre le cinéma, où elle joue entre autres pour Roger Vadim, Michel Deville ou Claude Zidi, elle commence à chanter les textes de Serge Gainsbourg. Le duo qu’elle enregistre avec lui en 1969, Je t’aime… moi non plus, initialement écrit pour et enregistré avec Brigitte Bardot, est un succès retentissant. Ce n’est pas moins de sept albums qui sortiront ensuite et parmi les titres les plus connus des années 70 : Melody Nelson en 1971, La Décadanse en 1973, Ex-fan des Sixties en 1978La reconnaissance est au rendez-vous avec plusieurs disques d’or dont Baby Alone in Babylone en 1983, Arabesque en 2002 Durant les années 70-80, Jane Birkin enchaîne alors les albums studio et les prestations télévisées, notamment dans les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier.

En 1987, une nouvelle phase de sa carrière commence car, pour la première fois, elle se produit sur une scène, au Bataclan. De multiples spectacles et tournées suivront jusqu’à aujourd’hui. En 1991, la mort de Serge Gainsbourg marque une rupture importante dans sa vie. Malgré leur séparation, ils avaient continué à travailler ensemble… Jane Birkin se consacre alors à faire vivre l’œuvre qu’ils avaient créé en chantant sur scène ses chansons : elle devient l’ambassadrice de ses chansons et s’inscrit comme l’égérie des années seventies.

Livre : Quinonero Frédéric, Jane Birkin, La vie ne vaut d’être vécue sans amour, Éditions L’Archipel, 2016.

 

Sites internet :



140x140
140x140

Née en 1946, Angleterre

Design : www.graphipro.com | Développement : equity